Iran vs minage de Bitcoin : Une relation d'amour-haine

L'Iran a une relation très compliquée avec les mineurs de bitcoin car ils sont considérés comme une source de revenus et sont accusés d'être responsables des coupures de courant

L'Iran vise à développer une nouvelle source de revenus pour l'État grâce à l'exploitation de cryptomonnaie. Pour y parvenir, l'Etat s'en prend aux mineurs de cryptomonnaie.

La raison pour laquelle l'Iran fait pression pour cette nouvelle source de revenus est due au nombre élevé de sanctions internationales dont ils ont fait l'objet, ce qui a entraîné une perte de revenus provenant des exportations de pétrole. 

irannews

C'est pourquoi l'Iran a décidé de considérer la cryptomonnaie comme une source de revenus en espèces. L'État a pris des mesures de répression contre les mineurs locaux afin de réguler le flux de revenus, mais l'Iran ouvre également de nouvelles possibilités pour inciter les sociétés de minage étrangères à investir et à s'installer en Iran.

L'Iran n'est pas un nouvel acteur dans le secteur minier des bitcoins et de la cryptomonnaie. Selon un document de recherche mené par l'Université de Cambridge, l'Iran était à l'origine d'environ 4 % de la production mondiale de bitcoin en 2020.

Cela a entraîné une augmentation considérable de la pollution en Iran, car l'extraction du bitcoin nécessite une quantité importante d'énergie.

Par conséquent, avec de nombreux gouvernements dans le monde entier qui font pression en faveur des énergies renouvelables pour un environnement plus propre, l'extraction du bitcoin pourrait être préjudiciable à ces plans.

Iran3

Cependant, les idées sur ce scénario sont contradictoires car les experts ont contré cette suggestion. Ils ont déclaré que l'extraction de bitcoin n'est pas la raison des coupures d'électricité en Iran et que la cryptomonnaie est utilisée comme une proie facile. Le ministère des télécommunications a estimé que le bitcoin représente moins de 2 % de la production totale d'énergie de l'Iran.

L'Iran cherche toujours à tirer profit de l'extraction de bitcoin en demandant aux mineurs de s'enregistrer auprès du ministère de l'Industrie, des Mines et du Commerce. Cet enregistrement a eu pour conséquence que les mineurs ont payé l'année dernière une taxe sur l'électricité plus élevée que les utilisateurs industriels ou de détail.

Recettes vs Environnement 

La relation entre l'Iran et les mineurs est définitivement une relation d'amour-haine, car bien que l'Iran les considère comme une source potentielle de revenus, les mineurs de bitcoin sont également blâmés pour le nombre élevé de coupures de courant dans le pays.

Rien qu'en janvier 2021, les autorités iraniennes auraient fermé 1 620 exploitations de minage non enregistrées et 45 000 appareils miniers auraient été confisqués.

crypto1

Elie Bursztein - Chef de l'équipe de recherche anti-abus chez Google    

 

Avec une relation aussi compliquée avec les mineurs et les sanctions imposées à l'Iran, il pourrait être difficile de voir un grand nombre d'investisseurs étrangers s'installer ou investir en Iran.

La Chine est l'un des pays à qui l'on reproche ces coupures soudaines. La Chine est l'un des rares pays qui sont autorisés à investir et à opérer en Iran car ils ne sont pas affectés par les sanctions imposées. Un certain nombre de fonctionnaires accusent les mineurs de bitcoin chinois d'être responsables des coupures d'électricité récurrentes ainsi que de l'augmentation de la pollution.

Le groupe Iran-Chine Investment Development est une société qui possède une ferme de minage opérant sous son nom et qui a rejeté ce type d'allégations comme étant responsable de la pollution et des pannes d'électricité, rejetant la faute sur l'inefficacité de l'industrie électrique iranienne.

La ferme emploie 54 000 mineurs et est la plus grande ferme de minage légale du pays, qui utiliserait 175MW d'électricité.

L'histoire du minage de Bitcoin en Iran

Le 27 juillet 2019, le gouvernement iranien a donné son feu vert au minage de bitcoin lors d'un conseil des ministres dirigé par Hassan Rouhani et l'a considérée comme une activité industrielle.

Le gouvernement a estimé que l'industrie de la cryptomonnaie méritait d'être reconnue comme une industrie officielle, ce qui a permis au pays de tirer profit de ses recettes fiscales et douanières.

La décision d'approuver l'exploitation de la cryptomonnaie a été considérée comme l'une des premières étapes vers la légalisation des cryptomonnaies en Iran et comme une solution aux sanctions économiques imposées par les États-Unis.

Source : Coindesk

Le dernier numéro du Magazine SiGMA est disponible !   

SiGMA est fier d'annoncer que la 13e édition du Magazine SiGMA est maintenant disponible en ligne ici. Le magazine regorge de contenus de qualité, d'interviews et de reportages provenant de quatre continents différents : l'Europe, l'Asie, l'Afrique et l'Amérique latine. Le magazine sera distribué par courrier aux principales sociétés de jeux d’argent et d'affaires du monde entier. Si vous souhaitez figurer dans le prochain numéro, veuillez contacter Katy Micallef. 

Articles Similaires