<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=360133424683380&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">

Le Président de l'Afrique du Sud demande une enquête sur la Commission Nationale des Loteries

Le 20 octobre, Cyril Ramaphosa, président de l'Afrique du Sud, a accepté de signer une proclamation autorisant l'Unité Spéciale d'Enquête (SIU) à enquêter sur les allégations de corruption au sein de la Commission Nationale des Loteries (NLC). Cette proclamation est entrée en vigueur le vendredi 6 novembre.

president south africaPlusieurs cas de corruption ont été signalés au sein de la Commission Nationale des Loteries (NLC). Après que les appels à l'action du gouvernement se soient intensifiés au sein de la population, le président a autorisé la SIU à se pencher sur les craintes de corruption, de fraude et de mauvaise administration. 

Il est à noter que l'infraction visée par la proclamation couvrira celles qui "ont eu lieu entre le 1er janvier 2014 et la date de publication de la présente proclamation, ou qui ont eu lieu avant le 1er janvier 2014". Les autres infractions seront couvertes après la date de sa publication si elles sont jugées pertinentes.  

Selon le Daily Maverick, "la décision de Ramaphosa d'impliquer le SIU fait suite à des rapports continus sur la corruption impliquant des subventions de la Loterie s'élevant à des centaines de millions de rands, une pression politique croissante et des appels de la société civile pour que le gouvernement prenne des mesures". 

Ramaphosa a fait appel au SIU pour découvrir la situation sous-jacente en enquêtant sur une série de questions telles que : 

  1. Conduite illégale ou inappropriée d'un individu entraînant un préjudice grave pour l'intérêt public. 
  2. Utilisation illicite de fonds ou de biens publics 
  3. Conduite inappropriée ou illégale au nom des employés de la NLC  

 

NLCLe SIU a été contracté pour assurer le recouvrement et prévenir les pertes financières de l'État causées par des actes de corruption, de fraude et de mauvaise administration. 

Karam Singh, chef du service juridique et des enquêtes de Corruption Watch, se félicite de cette initiative en déclarant : "Nous sommes incroyablement heureux de voir une proclamation dans l'affaire du NLC. C'est quelque chose que nous avons suivi au vu des histoires de corruption présumée depuis de nombreuses années". 

Ajout du français comme sixième langue sur le site web de SiGMA : 

Le Groupe SiGMA est heureux d'annoncer l'ajout d'une sixième langue à son site web. Les utilisateurs peuvent désormais trouver tout le contenu en français, y compris le site web d'actualités de SiGMA. Cette nouvelle langue viendra s'ajouter au russe, au mandarin, à l'espagnol et au portugais récemment lancés par le Groupe SiGMA afin de répondre au large éventail d'événements internationaux proposés. 

Related Posts